Boeuf grillé, street food et soja fermenté à Osaka (bonus: manger pas cher au Japon)

Osaka, étape souvent négligée, mérite pourtant que l’on s’y attarde un peu. Pour ses habitants particulièrement cools, drôles et attachants, pour son château fort, ses jolis parcs paisibles comme le Ketakuen Garden, ses marchés populaires, ses lumières le long du canal à Dotonburi, ses restaurants de rue à Shinsekai…

Lors de notre séjour au Japon, nous avons eu un coup de coeur aussi évident qu’inexplicable pour la ville d’Osaka. Nous avons adoré l’atmosphère de cette ville où à la fois rien n’est spécial et tout est spécial. OSAKA IS THE BEST !

 

Osaka c’est la capitale économique du Kansai et c’est aussi une capitale gastronomique. Oui à Osaka on mange et on aime manger ! Et non, les Japonais ne mangent pas que du ramen et des sushis (plutôt un plat de fête), mais davantage des curry, des nouilles, des grillades et des fritures.

Osaka est une ville portuaire, à partir de la moitié de la photo jusqu’aux derniers immeubles en haut c’est une extension artificielle de la ville sur la baie

1- Le boeuf du Kansai

La réputation du boeuf japonais n’est plus à faire auprès des amateurs de bonne viande. De nombreux restaurants proposent du boeuf à la carte, en particulier dans les rues touristiques. Les menus et les prix sont sensiblement les mêmes d’un restaurant à l’autre. Dans ces steakhouse, le boeuf est servi cru et on le grille soi-même.

A environ 1h de train d’Osaka se trouve la ville de Kobe qui produit un boeuf très tendre et persillé. Si votre budget vous le permet, l’enseigne de restaurant la plus ancienne et réputée servant du boeuf de Kobe (appellation protégée depuis 2015) s’appelle Misono.

L’enseigne possède des restaurants également à Kyoto, Osaka et Tokyo. Cette fois la cuisson du boeuf se fait sous vos yeux en « teppanyaki », c’est-à-dire sur une plaque de cuisson chauffante. Il est bien entendu recommandé de réserver!

 

2- Le takoyaki

Une spécialité incontournable des restaurants de rue (les « yatai« ) à Osaka ! Les takoyakis sont des beignets de poulpe vendus au minimum par 6, recouverts d’une sauce du même nom, de mayonnaise japonaise, de poudre d’algue nori et de copeaux de bonite séchée. C’est l’en-cas idéal pour les petites faims pendant les promenades en ville. C’est chaud, c’est gras, c’est bon !

 

Et on n’oublie pas une mention spéciale pour les fâmeux « kushikatsu » ces petites brochettes de viande, de poisson ou de légumes à déguster pânés et trempés dans une sauce spéciale. Nous les avons mangé en dessert : glace vanille panée et sauce chocolat et banane panée sauce chocolat. C’est chaud, c’est gras, c’est sucré, c’est bon!

 

3- L’okonomiyaki

Autre spécialité, l’okonomiyaki (okonomi= ce que vous aimez/voulez » et yaki = grillé) qui est une sorte de galette/crêpe/omelette (on va pas rentrer dans les débats d’autant plus qu’il y a plusieurs variantes de la recette selon les régions, mais ça fait vraiment penser à un combiné de tout ça).

A Osaka, la recette traditionnelle consiste à mélanger tous les ingrédients (farine, eau, oeuf, chou, gingembre rouge mariné, dashi, tempura émietté, crevettes séchées). A Hiroshima on cuit les ingrédients en les empilant sur une plaque de cuisson. L’okonomiyaki se déguste recouvert de la sauce du même nom, de mayonnaise japonaise, de poudre d’algue nori, et de copeaux de bonite séchée.

 

Beaucoup de petits établissements (à voir sur place ou à rechercher sur internet!) proposent des cours de cuisine avec des recettes vraiment simples à reproduire chez soi. C’est également l’occasion de rencontrer des personnes venues des quatre coins du monde et de parler cuisine, on s’est beaucoup amusé à le faire.

 

4- Le corn dog

Je ne sais pas quelle est l’origine de la recette du corn dog, mais je pense qu’on peut le définir comme le hot dog japonais. C’est une saucisse plantée sur une brochette et frite dans une pâte à beignet réalisée avec de la farine de maïs. Le corn dog est servi avec du ketchup et/ou de la mayonnaise japonaise et/ou de la moutarde. C’est chaud, c’est gras, c’est bon (oui, je me répète).

5- Le natto

Le natto c’est un plat à base de graines de soja fermenté à l’aspect vraiment peu ragoûtant. C’est gluant et l’odeur n’est pas très appétissante, mais c’est une spécialité japonaise qu’il faut connaître. Comment vous dire?… c’est bon et c’est pas bon à la fois. Ca passe mieux accompagné de riz. Nous avons eu l’occasion d’y goûter avec un verre de saké offert par le propriétaire de notre hébergement Airbnb. Nous avons beaucoup ri et ce fut une soirée mémorable.

Du natto un peu « arrangé » spécialement pour nous (mélangé à de la sauce soja et des petits oignons verts)

6- Bonus : comment manger pas cher au Japon

 

Si pour vous aussi voyager = manger, mais que vous n’avez pas envie de passer tout votre budget dans la nourriture, voici quelques astuces pour manger pas cher au Japon.

  • les chaînes de restauration rapide : non, non, non je ne vous dis pas d’aller au Mac Donald’s !!! mais plutôt chez Coco Curry House une chaîne spécialisée dans le curry japonais ou Yoshinoya qui propose des menus avec plat/soupe/boisson à des prix défiant toute concurrence.
Des menus à 500 yens chez Yoshinoya, très bon rapport rapport qualité/prix

 

  • les restaurants de nouilles à machine automatique : les soupes ramen à 1 300 yens c’est bien, mais les soupes de nouilles à 400 yens c’est mieux ! Il faut commander son plat (ou son menu) sur la machine automatique placée devant l’entrée du restaurant et remettre son ticket au comptoir pour récupérer son plateau. En général on vous demande quel type de nouilles vous souhaitez (udon ou soba) et votre plat est servi en 2mn.

 

  • les supermarchés : à vrai dire, ce sont plutôt des moyennes surfaces ou des grandes supérettes. Je déconseille d’aller dans les konbinis (supérettes de proximité ou « convenience store  » en anglais) comme les 7 Eleven ou Family Mart. Oui les konbinis c’est pratique car il y en a partout et ils sont ouverts 7j/7j et 24h/24h mais du coup c’est plus cher et ils offrent peu de choix. Allez plutôt dans les enseignes comme Super Tamade ou Tokyu store (ou demandez aux Japonais que vous croisez où ils font leurs courses). On y trouve toute sorte d’aliments à tester et puis c’est toujours intéressant de voir quels sont les produits du quotidien (prix, packaging, etc) quand on voyage dans un pays étranger.
Publicités